© 2023 by Nature Org. Proudly created with Wix.com

Observatoire de l'érosion sur les bassins de Mtsamboro et Dzoumogné

Les seuils de Mtsamboro et Dzoumogné visent au suivi hydrologique et sédimentologique

Représentation schématique du bassin versant
Mise en place du seuil du bassin versant de Dzoumogné

Le bassin versant étudié, à Dzoumogné, est sur le cours d'eau Oua Bandrani, juste en amont de la retenue. Il a une surface de 340Ha, et est très largement cultivé, avec des zones de forêt sur sa partie amont. L'altitude varie de 65m au niveau de l'exutoire (seuil) jusqu'à 447m en amont.

Le cours d'eau mesure 5185m, depuis le gué situé juste en amont de la retenue jusqu'à la tête de bassin versant.

Le bassin versant peut être segmenté en 3 zones majeures:

  • La partie aval (les deux premiers kilomètres) est relativement étroite, avec des zones cultivées à proximité de l'Oua Bandrani, puis des terrains très pentus (>25%) composés d'agro forêt puis de forêt menant jusqu'à la crête.

  • La partie amont, qui ne concerne que les 500 derniers mètres, est très pentue, avec une couverture forestière dense, malgré la présence d'animaux au piquet.

  • Enfin, la partie intermédiaire (2,5km) est très cultivée, jusque sur les berges. Les parcelles à proximité de l'Oua Bandrani sont souvent de pentes faibles à très faibles, s'accentuant en s'éloignant du cours d'eau. Sur de nombreuses parcelles, les arbres ont été totalement éliminés. La pression agricole remonte sur les versants, concernant alors des zones de plus en plus pentues (bananes, manioc).

Dans la partie aval, de nombreux blocs se trouvent dans le cours d'eau. La présence de boue et de vase est observée dans les zones méandriformes, lorsque la vitesse de l'eau diminue. Les dépôts vaseux sont présents, en quantité modérée. La ripisylve est relativement bien conservée. Le parcellaire agricole à proximité n'a pas totalement éliminé les arbres.

Dans la partie intermédiaire, l'agriculture est très intensive, avec quelques zones d'habitat permanent. Les pentes sont faibles à très faibles. Les dépôts de sédiments provenant des parcelles qui longent le cours d'eau sont importants, et sur de nombreux points, l'épaisseur de vase est supérieure à 50cm. La disparition en de nombreux points de la ripisylve semble favoriser une forte érosion de berges.

Enfin sur la partie amont, la pente du cours d'eau est forte à très forte, et la couverture forestière importante. Il n'y a quasiment pas de dépôts en rivière.

Mise en place du seuil du bassin versant de Mtsamboro

Le bassin versant de Mtsamboro est caractérisé par sa composante urbaine, étendu sur 17 hectares, il est très pentu et culmine à 281m. Il est cultivé sur sa partie haute, avec quelques restes de forêt sur la partie amont. Au niveau lagunaire, on trouve un intérêt récifal.

La tête de ravine du cours d'eau est à une altitude de 237m, pour une longueur de 1011m (pente moyenne de 23%). Le cours d'eau est partiellement canalisé sur les 500 derniers mètres, avec une alternance de barges protégées (gabions), et de talus souvent en sols nu.

Il est important de noter l'impact potentiel sur ce bassin versant de la piste forestière, qui traverse le bassin à plusieurs reprises (piste forestière conduisant à Dzoumogné).

Mise en place des stations météorologiques

Une station climatologique est mise en place proximité des seuils de Mtsamboro amont et Dzoumogné.