© 2023 by Nature Org. Proudly created with Wix.com

Réalisations et Résultats

Bilan des actions réalisées pour le programme 2015-2017

2015

Tâche 2

2016

2017

Caractérisation et aménagements des bassins versants de l'observatoire
Analyse des données récoltées lors de la deuxième campagne de suivi

Caractérisation des bassins versants de l'observatoire
Analyse des données récoltées lors de la première campagne de suivi

Réalisation technique des seuils de Mtsamboro et Dzoumogné
Mise en place des stations météo
Mise en place du suivi du ruissellement à l'échelle parcellaire
Mise en place du protocole de prélevement

2015

Tâche 3

2016

2017

Première analyse de l'impact des mesures conservatoires en zone agricole
Mise en place de mesures de protection sur les padzas
Première analyse de l'impact des mesures conservatoires sur talus
Mise en place d’un jardin témoin sur Mtsamboro en zone urbaine

2015

Tâche 4

2016

2017

Enquête en zone urbaine sur la perception de l’érosion
Action de sensibilisation en zone urbaine à Mstamboro
Action de sensibilisation en zone agricole

2015

Tâche 5

2016

2017

Réalisation d’une vidéo synthétisant les actions réalisées dans le cadre du programme Leselam 1
Organisation d’un séminaire de clôture au programme Leselam 1

Organisation d'un atelier sur les pratiques d'agriculture de conservation
Oganisation d'un atelier de sensibilisation au lycée agricole de Coconi

Création de 6 panneaux signalétiques installés à Mtsamboro et Dzoumogné
Réalisation d’une vidéo synthétisant la problématique de l’érosion des sols et ses impacts
Tenue de 3 réunions d'informations et 4 ateliers pour impliquer les agriculteurs locaux

    Tâche 2 : Mise en place de l’observatoire

Le dispositif multi-échelles de mesures hydro-météo-sédimentologiques mis en place au sein des 3 bassins versants inclut :

  • les seuils de jaugeages à l’exutoire des bassins versants (Mtsamboro, Dzoumogné, Salim Be), avec un enregistrement en continu des hauteurs d’eau et des préleveurs automatiques d’échantillons lors des crues ;

  • des stations météorologiques permettant un suivi météo (pluie-température-vent-humidité) en différents points (amont – aval) des bassins, afin de tenir compte de la variabilité spatiale ;

  • un ensemble de parcelles d’érosion dénommées ruissellomètres, permettant de quantifier les transports liquides et solides à l’échelle de 100 m² en milieux forestier (1), agricole (8), (péri)urbain (1) et de padza (2;

  • des simulations de pluie sur des placettes de 1m2

  • le suivi du ruissellement sur talus (3).

Les résultats du suivi sur les deux premières années montrent des taux d’érosion forts sur Mtsamboro (5 à 8 t/ha), et faibles sur Dzoumogné (0.1 à 0.5 t/ha). Ces premiers résultats devront être complétés par le suivi sur une période plus longue, Ils devront être précisés par une amélioration des relation Turbidité / Mes.

    Tâche 3 : Démonstrateur de lutte contre l’érosion

 

La mise en place de techniques de remédiation constitue l’un des objectifs du projet LESELAM, afin de démontrer par l’exemple.

Les parcelles aménagées doivent en effet servir :

  • de support de communication dans le cadre d’atelier au champ,

  • à dresser une évaluation de l’impact positif des mesures conservatoires sur la limitation de l’érosion, avec le suivi des parcelles Wishmeir en zone agricole et sur padza (Dzoumogné), ainsi que sur les talus (Zones de Dembeni).

 

Les dispositifs parcellaires montrent des niveaux d’érosion progressifs en suivant le gradient Forêt – Agricole – Jardin urbain - Padza

L’absence de différentiation nette entre la partie Témoin et la partie Aménagée n’a pas permis l’observation de différences au niveau ruissellement ou érosion. Il conviendra pour la suite du projet de marquer une différence nette entre un Témoin représentatif des conditions culturales à éviter (monoculture) et une partie Aménagée.

Sur les talus la plantation vetiver a permis de faire baisser très significativement et rapidement les niveaux d’érosion.

   Tâche 4 : Structuration de l’action collective et transfert de compétence

 

En zone agricole, une dynamique a été mise en place au niveau des agriculteurs du bassin de Dzoumogné. Cette dynamique passe par des phases d’information (réunions), de sensibilisation par l’exemple (ateliers avec parcelles de démonstration chez des agriculteurs référents ou bien désormais sur Dzoumogné), puis d’émulation (adhésion de la plupart des agriculteurs du bassin à l’ADINM, association de développement basée à Mtsamboro sur laquelle il conviendra de s’appuyer).

En zone urbaine, l’implication des populations doit s’appuyer aussi sur le tissu association existant. Suite à la phase d’information initiée dans Leselam, l’implication de la population va passer par la mise en place d’actions (concours de jardins basé sur les démonstrateurs en place), la sensibilisation au respect de l’environnement (propreté et entretien de la ravine qui sont du ressort des autorités, mais aussi des habitants),..

   Tâche 5 : Communication externe

 

L’ensemble des réalisations du projet LESELAM a été présenté lors d’un séminaire de clôture organisée le 15 novembre à Mamoudzou.

Le site Web du projet permet d’accéder aux rapports, comptes rendus, présentations Powerpoint, films du projet.

Deux vidéos accessibles via le site Web ont été réalisées dans le cadre de Leselam

La communication dans la presse a permis d’informer le public via les moyens de communication présents à Mayotte (journaux, Télé)