Objectifs & Sites d'étude

Le suivi de l’observatoire Erosion LESELAM s’articule autour des objectifs suivants :

 

• le suivi météo-hydro-sédimentaire sur les trois bassins versants de Dzoumogné, Mtsamboro et Salim Be : maintenance des équipements, collecte des données, entretien des stations

 

• le suivi hydro-sédimentaire sur les placettes expérimentales de type Wischmeier :

• le traitement et l’analyse des données météorologiques, débimétriques et de transport solide issues de l’observatoire afin de mettre à disposition un jeu de données validé (multi-échelle, multi-temporel)

 

Les sites d'étude

(format ppt) Fiche_produits_LESELAM MaJ

Bassin versant
de Mtsamboro

(format ppt) Fiche_produits_LESELAM MaJ

Bassin versant
de Dzoumogné

(format ppt) Fiche_produits_LESELAM MaJ

Bassin versant
de Salim Be

Le bassin versant de Dzoumogné

 

Le bassin versant de Dzoumogné est précisément le bassin du cours d'eau Oua Bandrani, en amont de la retenue. Il a une surface de 340 ha, et est très largement cultivé, avec des zones naturelles (forêt et padza) sur sa partie amont. L'altitude varie de 65m au niveau de l'exutoire (seuil) jusqu'à 447m en amont.

 

Trois parties principales composent ce bassin :

• La partie aval (les deux premiers kilomètres) est relativement étroite, avec des zones cultivées à proximité de l'Oua Bandrani, puis des terrains très pentus (>25%) composés d'agro-forêt puis de forêt menant jusqu'à la crête.

• La partie amont, qui ne concerne que les 500 derniers mètres, est très pentue, avec une couverture forestière dense, malgré la présence d'animaux au piquet.

• La partie intermédiaire (2,5km) est cultivée, jusque sur les berges. Les parcelles à proximité de l'Oua Bandrani sont souvent de pente faible, s'accentuant en s'éloignant du cours d'eau. Sur de nombreuses parcelles, les arbres ont été totalement éliminés. La pression agricole remonte sur les versants, concernant alors des zones de plus en plus pentues (bananes, manioc).

 

Le bassin versant de Mtsamboro

Le bassin versant de Mtsamboro (17 ha) est urbanisé sur toute sa partie aval. Il est cultivé sur sa partie amont, avec quelques reliquats de forêt. Ce bassin a été choisi, outre pour sa caractéristique urbaine, à cause de l’intérêt au niveau du lagon (proximité des îlots Choizil, richesse récifale).

 

La ravine, très pentue (22.7%) est longue d’un kilomètre, et est canalisée sur sa partie aval.

 

Le bassin versant de Salim Be

Le bassin versant de Salim Be (534 ha) présente les composantes naturelles (amont), agricole (partie intermédiaire) et urbaine (village située à l’aval).

On retrouve une mangrove à l’exutoire du bassin versant.

© 2023 by Nature Org. Proudly created with Wix.com