© 2023 by Nature Org. Proudly created with Wix.com

L'érosion des sols à Mayotte résulte principalement de l'impact des fortes pluies tropicales sur des sols peu ou pas protégés: chantiers de construction, talus non végétalisés, pistes, absence de couverture végétale ou paillage en zone agricole, terres mises à nus avant de nouvelles cultures, plantations inadaptées sur sols en forte pente, déforestation, etc.

La forte pression anthropique dans tous les milieux tend à accélérer ce phénomène d'érosion: extension plus ou moins contrôlée de l'urbanisation, déforestation, etc. Cette érosion très active, principalement en saison des pluies met en péril la bonne santé du lagon, ainsi que l'agriculture.

A la demande de la DEAL, le BRGM entreprend une étude pluriannuelle (2014-2020) pour comprendre, prévenir et remédier à ces phénomènes d'érosion des sols. Au coeur de cette étude, le projet LESELAM est né. Les trois principales missions du projet LESELAM sont :

Missions poursuivis

La quantification des phénomènes érosifs sur deux, puis trois bassins versants pilotes 

Il s’agit de produire une connaissance permettant de répondre aux questions posées par les acteurs de terrain. Quelles sont les principales sources d’érosion et dans quelle mesure contribuent-elles à l’envasement du lagon ? Quelle est l’efficacité des différentes mesures de remédiation proposées ? La création d'un observatoire de l'érosion, permettant de quantifier les phénomènes, a permis d'atteindre cet objectif. Les deux bassins versants pilotes proposés initialement dans le projet (Dzoumogné et de M'Tsamboro) ont été identifiés en concertation avec les acteurs locaux, tenant compte de nombreux critères techniques, environnementaux et logistiques. En 2016, un troisième bassin versant, celui du Salim Bé, a été équipé.

La mise en place d’un « démonstrateur » de pratiques de remédiation

Ce démonstrateur sera mis en place tant dans le secteur agricole (parcelles d’agriculture de conservation avec pratiques de défense et restauration des sols (AC-DRS) qu’en zones d’habitat rural ou sur padza.

La sensibilisation et la formation des acteurs

Cela a pour objet de faciliter l’appropriation sociale des enjeux et des solutions proposées et conduire à la structuration de l’action collective. L’objectif est de dépasser la logique purement technique de certains projets dont les résultats ne sont pas mis en œuvre, faute d’avoir suffisamment impliqué les parties prenantes dans l’élaboration des solutions préconisées.

Objectifs

Acteurs

Le projet vise à engager les acteurs dans une démarche collective visant à définir et mettre en œuvre un ensemble de pratiques techniques et organisationnelles de lutte contre l’érosion des sols pour une adéquation durable entre le développement de l’agriculture et de l’habitat rural d’une part, et la qualité du milieu lagonaire, d’autre part.

Le consortium à l’origine du projet regroupe 5 partenaires aux compétences complémentaires, le BRGM, le CIRAD, l’IRSTEA, les Naturalistes de Mayotte, et la CAPAM.

Actions

Les actions mises en œuvre visent à mesurer précisément le phénomène de l'érosion des sols, à suivre et évaluer les mesures de remédiation, et à sensibiliser les personnes aux problématiques du phénomène.