© 2023 by Nature Org. Proudly created with Wix.com

L'érosion des sols à Mayotte résulte principalement de l'impact des fortes pluies tropicales sur des sols peu ou pas protégés: chantiers de construction, talus non végétalisés, pistes, absence de couverture végétale ou paillage en zone agricole, terres mises à nus avant de nouvelles cultures, plantations inadaptées sur sols en forte pente, déforestation, etc.

La forte pression anthropique dans tous les milieux tend à accélérer ce phénomène d'érosion: extension plus ou moins contrôlée de l'urbanisation, déforestation, etc. Cette érosion très active, principalement en saison des pluies met en péril la bonne santé du lagon, ainsi qu'une agriculture durable.

Le projet LESELAM 2 s’inscrit dans le cadre de la seconde partie de la Feuille de Route Erosion, initiée par la DEAL en 2012 ; les objectifs sont :

  • La compréhension et la quantification des processus d’érosion,

  • L’identification des zones à risque prioritaires pour la mise en place de mesures de protection,

  • La prévention et la remédiation, aussi bien au niveau de la communication et de l’apprentissage, que de la mobilisation de leviers incitatifs et réglementaires.

  • La mise en place de la stratégie urbaine de lutte contre l'érosion des sols

Leselam2 2018-2020 fait suite au projet Leselam (2015-2017). Il répond à l’Appel à Projet initié par la DAAF en juin 2017 (AAP 2017-16.5.1).

Objectifs poursuivis

LESELAM2, dans la continuité de LESELAM1, constitue la seconde phase de la Feuille de Route Erosion volet terrestre. LESELAM2 a pour objectif de :

Poursuivre l’observatoire physique de l’érosion, afin d’acquérir des données sur une période totale de 5 ans, et permettre de mieux comprendre les phénomènes, les zones de départ, les conditions hydrologiques déclenchant l’érosion.

Compléter les données issues de l’observatoire par un travail de modélisation pour simuler le phénomène d’érosion pour différents scénarios ; la modélisation développée à l’échelle des bassins pilotes sera ensuite extrapolée à l’échelle de l’île dans son ensemble.

Utiliser les parcelles expérimentales mises en place dans LESELAM comme démonstrateur de bonnes pratiques à l’échelle des bassins pilotes ; d’autres actions de démonstration seront engagées, visant un public diversifié (habitants, agriculteurs, petites entreprises, services techniques des mairies, etc.), en s’appuyant sur le tissu associatif local en en engageant les acteurs dans la recherche de solutions innovantes adaptées au contexte local.

Sensibiliser les acteurs à l’enjeu de l’érosion et de vulgarisation scientifique initié dans LESELAM à travers des actions diversifiées allant de la création de supports pédagogiques à des ateliers au champ.

Mettre en place des actions spécifiques pour faciliter l’adoption des pratiques permettant de réduire l’érosion. Ces actions seront engagées à l’échelle du bassin versant de Mtsamboro et de Dzoumogné, considéré comme un site de démonstration. Elles cibleront tous les acteurs concernés (agriculteurs, habitants, entreprises de travaux publics, gestionnaires des réseaux routiers, grands aménageurs, services techniques des mairies). Ces actions permettront d’identifier les leviers économiques, réglementaires et surtout sociologiques susceptibles de favoriser une évolution des comportements dans le sens souhaité.

Mettre en débat l’ensemble des connaissances techniques et socio-économiques produites avec des décideurs pour les aider à construire une stratégie à long terme, tenant compte des perspectives d’évolution du contexte socio-économique, climatique et géopolitique à Mayotte à l’horizon 2050.